La pomme de terre est aujourd’hui, après le blé, le riz et le maïs, la culture la plus importante sur la planète.  Pourtant, elle n’a pas que des qualités. Outre l’aliment lui-même, le mode cuisson a également son importance. Voici 3 raisons qui devraient vous inciter à ne consommer cet aliment qu’une fois par semaine ! 

1. LA POMME DE TERRE EST RICHE EN SUCRE 

Sa matière sèche est composée à 80% d’amidon, ce qui lui confère un index glycémique élevé (entre 65 et 95 selon le mode de cuisson). Ce n’est donc pas un sucre lent mais rapide. Son assimilation provoque un pic de glycémie auquel le corps réagit en sécrétant une quantité importante d’insuline. Le problème est double :

  • À court terme, cela contribue au stockage des graisses et donc à la prise de poids.
  • À long terme, le phénomène favorise les processus d’inflammation, comme les maladies cardiovasculaires, et contribue à l’apparition du diabète de type 2.

200 grammes de pommes de terre cuites ont à peu près le même effet sur la glycémie qu’une canette de Coca-Cola. Il est donc important de privilégier les aliments dont l’index glycémique est bas, comme les fruits, les légumes verts, les céréales complètes et les légumineuses.

2. SA CUISSON PEUT DÉGAGER DE L’ACRYLAMIDE 

L’acrylamide est une substance cancérigène qui se forme spontanément lors d’une cuisson supérieure à 120°C (friture, rôtissage…) d’aliments riches en sucres et protéines. Ce mécanisme est appelé “réaction de Maillard”. C’est cette réaction qui confère notamment la couleur dorée et la saveur aux aliments.

L’acrylamide se retrouve dans tous les produits cuits au four, grillées, frits ou torréfiés (chips, frites, pain, biscuits, viandes, café, beurre de cacahouètes…). L’accumulation de ce composé conduit à terme à l’apparition de cancer. Il est donc important de laisser le temps au corps de l’éliminer en limitant sa consommation.

3. ELLE EST SOUVENT SATURÉE EN MAUVAISES GRAISSES

Les pommes de terre sont généralement servies frites, sautées ou rissolées. Ces types de cuisson nécessitent systématiquement l’utilisation de matières grasses, souvent de mauvaise qualité. La meilleure façon de cuisiner ses pommes de terre reste la cuisson à la vapeur douce. On évite ainsi l’huile et on préserve au mieux les nutriments. 

Réagir à l'article