La pensée positive c’est un peu comme un muscle, si vous ne l’entraînez pas, elle s’atrophie. Au contraire, si vous l’exercez régulièrement, elle se développe. Le but de l’exercice va être de reprogrammer votre cerveau. De la même manière que vous vous êtes laissés aller pendant de longues années à voir le mauvais côté des choses, vous allez maintenant devoir vous entraîner à voir le positif là où vous ne le perceviez pas auparavant.

1ÈRE ÉTAPE : CESSEZ D’ALIMENTER VOTRE NÉGATIVITÉ

Imaginez une seconde que vous tentiez de remplir une bassine trouée dans laquelle se prélasse un poisson rouge. L’eau que vous versez représente vos pensées positives et celle qui s’échappe par le trou, vos pensées négatives. Le poisson rouge, c’est vous !

Si vous versez plus d’eau qu’il ne s’en échappe par le trou, ça fonctionne. Imaginez maintenant que le débit de l’eau que vous versez diminue jusqu’à devenir inférieur au débit de l’eau qui s’échappe. Que se passe-t-il ? Vous commencez à manquer d’oxygène ! Vous comprenez maintenant l’intérêt de fermer la porte au négatif avant même de songer à appliquer la pensée positive.

Il existe deux types de facteur qui peuvent influencer vos pensées :

  1. Le facteur interne = vous
  2. Le facteur externe = votre environnement

Reprogrammer sa façon de penser peut être difficile, surtout au départ. Par contre, agir sur son environnement pour limiter l’afflux externe de négativité est à la portée de tous :

  • Faites le tri dans vos fréquentations : Le négatif est contagieux. Entourez-vous de personnes positives qui dégagent de l’énergie positive et éloignez-vous des autres. Cherchez plutôt la compagnie de gens optimistes, désinvoltes et confiants dans l’avenir. Attention toutefois ! Ne coupez pas sèchement les ponts ! Vous risqueriez de vous attirer leurs foudres… Mettez de la distance progressivement.
  • Filtrez les sources d’informations : Arrêtez de vous nourrir d’informations négatives, tristes ou pessimistes telles que les malheurs des gens dans les journaux, les nouvelles du JT de 20h ou les drames de vos voisins. Je ne suis pas en train de vous dire de vous couper totalement du monde ! Soyez seulement conscient de ce à quoi vous vous exposez quotidiennement. C’est ce qui vous nourrit.

2ÈME ÉTAPE : APPRENEZ À MAÎTRISER VOS PENSÉES

Maintenant que vous avez réduit les sources extérieures de négativité, vous allez pouvoir vous concentrer sur votre façon de penser. Pour être positif, il “suffit” de ne plus être négatif. Ça peut paraître idiot mais imaginez une seconde que votre cerveau soit un sac rempli de billes blanches et de billes noires. Si j’en venais maintenant à retirer du sac toutes les billes noires, que resterait-il ? On est d’accord.

La difficulté de l’exercice réside dans le fait que vous êtes les seuls juge, juré et accusé du plaidoyer. Personne n’entend ce que vous pensez, à moins que vous le pensiez très fort ! De ce fait, si vous vous surprenez à penser du mal de quelqu’un par exemple, mais qu’à ce moment vous considériez que cette pensée, aussi peu louable soit-elle, est justifiée, personne ne viendra vous reprendre ! Pour cette raison, il est primordial d’être absolument objectif et impartial envers vous-même. Ne soyez pas dur, soyez simplement juste et réactif.

Concrètement, vous allez devoir apprendre à prêter une attention toute particulière à vos pensées. La plupart du temps, tellement de pensées nous traversent que nous n’y faisons même pas attention. Maintenant, chaque fois que vous vous surprendrez à être négatif ou à vous plaindre, reprenez-vous immédiatement telle une mère reprend son enfant lorsqu’elle le surprend à jurer. Arrêtez-vous et changez votre point de vue.

Regardez la même situation mais d’un autre angle, plus positif cette fois. Demandez-vous par exemple :

  • Est-ce vraiment grave ?
  • Cela vaut-il vraiment la peine que j’y accorde une telle importance ?
  • Me plaindre fait-il honnêtement avancer les choses ?
  • Ne vaudrait-il pas mieux me concentrer tout de suite sur les solutions et ainsi gagner du temps ?

À force de faire cela, vous allez petit à petit “dresser” votre mental et lui faire comprendre que vous ne souhaitez plus réagir de telle ou telle façon à telle ou telle situation. Au début, ce ne sera pas facile. Ce sera un peu comme apprendre à votre animal de compagnie à faire ses besoins dehors ou comme reprendre le sport.

On a du mal à trouver la motivation et à voir quelque amélioration, mais il faut se forcer, se motiver et ce, même si on ne voit pas encore les bienfaits. La positivité, c’est comme planter des graines. Semez-en le plus possible, arrosez-les et vous récolterez les fruits plus tard !

3ÈME ÉTAPE : NOURRISSEZ VOTRE PENSÉE POSITIVE

Focalisez-vous sur ce qu’il y a de positif tout au long de votre journée. La positivité, c’est un cercle vertueux. Plus vous êtes positif et plus vous serez positif. Plus vous apprenez à voir du positif et plus vous en verrez. Les gens que vous rencontrerez, les situations, tout s’accordera avec votre nouvelle façon de voir les choses. Tout deviendra alors beaucoup plus facile pour vous ! V

Voici une liste non exhaustive d’actions simples à mettre en place qui nourriront votre pensée positive :

  • Passez du temps avec des personnes joyeuses et optimistes.
  • Portez des vêtements de couleurs claires et douces.
  • Participez à des activités calmes et apaisantes.
  • Regardez ou lisez des histoires inspirantes et motivantes.
  • Répétez des affirmations positives plusieurs fois par jour.
  • Concentrez-vous sur les succès et les belles choses…

Voici un autre exercice intéressant. À la fin de chaque journée, notez sur un carnet toutes les choses positives qui vous sont arrivées pendant la journée. Si vous n’y arrivez pas, continuez quand même l’exercice. Forcez-vous. Car aujourd’hui vous ne trouverez peut-être rien ou pas grand chose mais plus vous ferez cet exercice et plus vous en trouverez. Il n’appartient maintenant qu’à vous d’appliquer ces conseils pour rayonner au quotidien et changer votre vie !

Réagir à l'article