L’instant présent

moment-instant-present

Le présent est la seule réalité à notre portée. Le passé nous a échappé et le futur ne nous appartient pas totalement. Or, nous passons beaucoup de temps à regretter l’un et à appréhender l’autre. Si notre corps est ici, notre esprit lui est ailleurs. Ne pas vivre le moment présent revient à vivre dans l’illusion.

Attention être dans « l’ici et maintenant » ne signifie pas se voiler la face devant l’avenir ou agir comme si le passé n’avait pas été. C’est avoir conscience de ce qui se passe en soi et hors de soi, revenir à ses sensations et à ses émotions, savourer la vie et ne pas fuir systématiquement en cas d’obstacle.

Adopter cette façon d’être au monde est l’une des meilleures solutions pour se protéger du pessimisme ambiant et apaiser ses propres angoisses personnelles. Ainsi, plus présent à soi et aux autres, on peut sans culpabilité ni complaisance se retourner sur son passé et se projeter dans l’avenir de manière sereine et réaliste.

Vivre le moment présent

Le passé

Nous sommes des êtres intelligents mais égocentriques. A ce titre, il parait difficile de ne pas se pencher avec insistance sur notre histoire personnelle, ne serait-ce que par désir d’apprendre de nos erreurs. Si cette tendance part d’un bon sentiment, elle ne doit pas nous empêcher de vivre l’instant présent.

En effet, le bonheur passe par la capacité à profiter de l’instant présent. Pour cela, il est nécessaire de se guérir du passé et pour y arriver, il n’y pas d’autres moyens que de lâcher prise. Nous n’avons absolument aucun pouvoir sur le passé. Ce qui est fait est fait. On ne peut pas revenir en arrière. Inutile donc de le ressasser. Malgré la douleur et les épreuves endurées, il faut se détacher avec amour du passé et accueillir innocemment le renouveau. N’oubliez pas que tout est impermanence. C’est une des lois universelles.

Si hier vous avez souffert, demain vous consolerez. DUALITE

En effet rien ne dure. Rien n’est définitif. Tout le monde doit vivre des expériences qui incombent souvent de souffrir, car sans la souffrance l’Homme n’apprendrait pas. S’il n’apprend pas, il n’avance pas. Cela dit personne n’a à souffrir toute sa vie. Il y a un temps pour souffrir, un temps pour pleurer et un temps pour profiter de la vie.

Le futur

moment-instant-presentLe désir est à la base de la souffrance car il se situe dans le futur. Quand nous courons après la réussite ou après un bien matériel et que nous y attachons de l’importance, nous courrons en définitive après notre propre désarroi. Créer un désir, c’est se projeter dans le futur et accorder de l’importance au futur, c’est risquer d’être déçu. La réalisation d’un désir en entraîne toujours la création d’un autre et la peur consciente ou non de ne pas le réaliser.

S’affranchir du désir, c’est accepter le monde tel qu’il est, accepter que les moyens prévalent sur la fin et que les expériences sont un don de Dieu. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas prendre soin du futur, il n’est pas interdit d’y penser. Prenez simplement conscience que le futur sera fait du présent. Pour en prendre soin, il faut donc prendre soin du présent.

En pleine conscience

Reconnexion

Pour vivre dans le présent, la première chose à faire est d’harmoniser le corps et l’esprit, réaliser l’unité entre les deux. Dans la vie quotidienne, la lutte entre le corps et l’esprit est incessante, on se perd constamment. Le corps est ici mais l’esprit est ailleurs, dans le passé, dans le futur ou sous l’emprise d’une émotion. L’esprit n’est pas vraiment avec le corps. Nous sommes là sans l’être. Nous sommes à un endroit en nous imaginant être à un autre. Mais une fois dans cet autre endroit, on se rend compte qu’on n’y est pas mieux et le processus recommence.

Il faut donc faire en sorte que le corps et l’esprit se rejoignent pour réaliser l’unité. Plusieurs méthodes existent pour cela, le principe fondateur étant d’agir en pleine conscience. Mais pour faire cela, il faut d’abord s’arrêter.

Savoir s’arrêter

moment-instant-presentStop ! Ce signe dans la rue nous signale de nous arrêter, de nous arrêter de courir parce que la vie, c’est ce qui passe pendant qu’on court. La paix devient uniquement possible lorsqu’on s’arrête. On devient alors solides et concentrés, ce qui nous permet de voir ce qui est là. Le fait de regarder profondément dans la nature des choses fait naître en nous la vision profonde. Cette compréhension libère les souffrances.

Nous avons pris l’habitude depuis toujours de faire tout en courant. Mais il n’y a pas à se hâter car nous sommes déjà arrivés ! Chaque pas que nous faisons doit nous guérir, nous nourrir et nous rendre plus libres. Le bonheur est fonction de cette liberté. Plus votre liberté est grande, plus votre bonheur est grand. Ne soyez plus esclaves du temps, de l’environnement et des évènements. Vous devez récupérer votre liberté et c’est en pratiquant l’arrêt que vous y arriverez. Cultivez la joie et apprenez à être libres.

Se retrouver

Il est important de s’arrêter et de prendre le temps d’apprendre à se connaître vraiment. Réapprenez à vous aimer et à aimer les autres. Redécouvrez la vie comme si c’était la première fois que vous la viviez. Le développement de l’écoute active est à ce titre, l’un des premiers moyens de se sortir d’une réflexion trop personnelle. Le simple fait d’être ramené sur terre par une personne de notre entourage à travers un échange verbal, peut nous permettre de casser cette logique isolante de la réflexion ultra personnelle et de vivre l’instant présent.

La respiration consciente est également un excellent moyen d’être pleinement conscient de la vie. Elle est comme un pont qui relie le corps et l’esprit. Quand nous prenons conscience de notre respiration, notre esprit et notre attention se concentrent sur la respiration. Nous ne pensons alors à rien d’autre. Le passé, le futur, les soucis, la colère ne sont plus là.

Vivre au quotidien

Voir la réalité

Beaucoup de personnes ne veulent pas voir la réalité en face. Elles cherchent constamment à s’occuper l’esprit ou à perdre conscience pour ne pas se retrouver en tête-à-tête avec elles-mêmes : tâches ménagères, travail, jeux vidéos, alcool, tabac, drogues, médicaments… Le but recherché étant bien de perdre conscience, d’éviter à tout prix la confrontation avec son soi intérieur. Inconsciemment cela nous fait peur : ce silence, cette inactivité, cet apparent vide intérieur.
Pourtant, les réponses aux questions que nous nous posons depuis toujours, les réponses que nous cherchons désespérément ailleurs, toutes ces réponses sont en réalité à l’intérieur de nous et cela depuis le début.

Les choses simples

moment-instant-presentIl est nécessaire de revenir à l’essentiel, c’est-à-dire à soi, ici et maintenant. Ne pensez pas que le meilleur est derrière vous ou que le bonheur reste à venir. Le bonheur est là, devant vous, dans les petites choses : un rayon de soleil le matin, le sourire d’un proche, une odeur, un parfum, un ciel étoilé… N’allez plus chercher ailleurs ce que vous avez à portée de main. Profitez des petites choses parce qu’un jour, vous regarderez en arrière et vous réaliserez que c’était les choses importantes de la vie.

Ne reportez plus les choses au lendemain en espérant que demain soit meilleur. En profitant d’aujourd’hui, vous construisez votre demain. Si vous voulez faire quelque chose, n’y pensez plus, faites-le : que ce soit un voyage, changer de travail, ou changer de vie.

Il vaut mieux avoir des remords que des regrets. OSCAR WILDE

Les regrets laissent un goût amer alors que les remords sont éphémères. Ne pensez pas à ce qui pourrait arriver, profitez de ce que vous avez aujourd’hui et que vous le vouliez ou non, ce qui devra arriver demain arrivera. Et n’oubliez pas que le bon moment sera toujours maintenant.