La GéoBiologie

geobiologie

Le mot « géobiologie » résulte de l’association de trois mots grecs : « Gé »  la Terre,  « bios » la vie et « logos » la science ou l’étude. La géobiologie est donc l’étude scientifique des influences de la Terre sur les organismes vivants. Elle évalue la qualité vitale d’un lieu en analysant les ondes pouvant influer le développement des êtres qui y vivent. C’est une discipline transversale basée sur d’autres comme la géologie, la physique, la chimie, la biologie ou encore la spiritualité. 

geobiologie-faille-telluriqueBien qu’elle se résumait autrefois à la seule recherche des rayonnements naturels d’origine tellurique (eaux souterraines, failles…), elle tient également compte aujourd’hui du rayonnement des champs électromagnétiques artificiels et de la présence éventuelle de toxicités liées aux matériaux de construction. Elle étudie notamment  l’impact des ondes, des courants, des champs électriques et magnétiques, des rayonnements ionisants et d’une manière générale, de toutes les pollutions environnementales sur la santé humaine et l’équilibre énergétique.

La géobiologie s’adresse aux particuliers comme aux professionnels et intervient dans de nombreux cas de figure : terrains à bâtir, habitations, bureaux et locaux professionnels, exploitations viticoles, élevages, haras, conseils en écoconstruction, rénovation, forage de puits…

Cette discipline est basée, tout comme la radiesthésie, sur l’amplification du signal reçu par le corps. Il peut donc arriver que les plans réalisés par deux géobiologues ne soient pas superposables s’ils ne respectent pas les prérequis de tous arts divinatoires. L’opérateur doit en effet être centré dans ses corps et devenir ce que l’on appelle « canal ».

Historique de la Géobiologie

geobiologie-hippocrate
Représentation d’Hippocrate

La connaissance des énergies telluriques est vieille comme le monde. L’étude de l’implantation des mégalithes et de nombreux temples comme les pyramides, prouve que depuis des millénaires, l’homme a su édifier certains monuments en tenant compte des forces de la terre. Plus communément, on peut constater que dans le bâti ancien, de nombreux logis ou fermes ont été construits selon le cheminement des eaux souterraines. L’utilisation de la baguette de sourcier n’était donc pas uniquement destinée à trouver de l’eau.

Le célèbre Grec Hippocrate, médecin et philosophe de l’époque, déclarait déjà en 430 avant J-C : « Celui qui veut se perfectionner dans l’art de guérir considérera comment l’endroit est disposé et s’informera du sous-sol, concurremment à la constitution des êtres vivants. » Il appuyait notamment la théorie selon laquelle quatre facteurs influencent la santé des individus : leur constitution, l’air, l’eau et l’état du sous-sol.

On réalise donc que la découverte de la géobiologie ne date pas d’hier et qu’elle n’est absolument pas une tendance « New Age ».

Symptômes courants en zone « perturbée »

Les personnes qui dorment en zone neutre ont tendance à être moins malades que les personnes exposées à des rayonnements. Quand elles le sont, elles se rétablissent plus rapidement. Voici les symptômes que l’on peut fréquemment retrouver chez les personnes qui dorment en zone perturbée :

  • Fatigue chronique du matin, au réveil
  • Douleurs nocturnes
  • Spasmes musculaires
  • Énurésie
  • Anomalies du rythme cardiaque
  • Infertilité inexpliquée
  • Difficulté d’endormissement et insomnies répétées
  • Maladies graves
  • Maladies chroniques…

LES RAYONNEMENTS NATURELS

geobiologie

L’énergie naturelle est indispensable à notre santé. Cependant il arrive parfois qu’elle impacte notre bien-être en fragilisant notre équilibre énergétique. La rencontre entre le flux cosmique positif et le flux tellurique négatif produit l’énergie cosmotellurique

L’atmosphère filtre une part importante des rayonnements ionisants (ceintures de Van Allen), laissant passer principalement la lumière, les infra rouges, les U.V.A., une partie des U.V.B. et le rayonnement cosmique. Sans cette protection, aucun être vivant ne pourrait survivre sur Terre.

Le rayonnement tellurique émanant du sol véhicule une multitude d’ions négatifs qui sont attirés par le rayonnement cosmique positif. Lorsqu’ils se complètent et s’équilibrent, les champs cosmotelluriques sont bénéfiques. Cependant, il arrive que certains phénomènes causent des « déséquilibres » et influencent notre santé.

Les cours d’eau souterrains

geobiologie-cours-eau-cosmique-tellurique

L’impact d’un cours d’eau souterrain sur la santé est d’autant plus important que sa pente est forte, son débit important et sa profondeur faible.

Ils sont à l’origine de perturbations telles que :

  • variations thermiques localisées
  • émanation de gaz radioactifs (radon 222, actinon)
  • stress électrique : la friction de l’eau contre les parois génère une différence de potentiel électrique à la verticale des rives.

Les cours d’eau génèrent des rayonnements gamma, qui ont un effet ionisant. Ils arrachent des électrons à nos cellules et les transforment ainsi en « radicaux libres » qui sont à l’origine de nombreux cancers. Le cours d’eau souterrain agît notamment sur le système endocrinien.

Les failles souterraines

geobiologie-failles

Elles sont créées, dans le sous-sol ou en surface de la Terre pour différentes raisons :

  • 2 terrains contigus de natures différentes (cassure dans la continuité d’un terrain)
  • glissement de terrain au niveau de plusieurs couches
  • rupture de l’écorce terrestre (tremblement de terre, éruption volcanique…)…

La largeur d’une faille peut être de quelques centimètres jusqu’à quelques mètres. Il existe des failles sèches et des failles humides (failles dans lesquelles coule de l’eau). Support de grands canaux de circulations d’énergies en provenance du centre de la Terre, elles drainent des énergies nocives ou bénéfiques pour les êtres vivants.

Les réseaux telluriques

Il en existe un grand nombre. Il s’agit généralement de murs ou de cordes invisibles, à peu près verticaux, qui constituent un maillage au sol en forme de filet. Les réseaux telluriques sont des rayonnements et non des courants. Voici quelques exemples des plus connus :

– Le réseau Hartmann

environnement et santé

Le réseau de Hartmann couvre toute la surface terrestre. Il forme un immense filet, plus ou moins régulier, qui monte à la verticale. Ce réseau comporte des plafonds espacés verticalement d’environ 2,50 m et se resserre au voisinage des cours d’eau souterrains.

– Le grand réseau global ou Réseau sacré

environnement et santé

Ce réseau est souvent bénéfique. Il renforce la vitalité et les défenses de ceux qui dorment ou séjournent  au-dessus. Il est constitué de « cordes » de 3 à quelques dizaines de centimètres d’épaisseur. Elles forment généralement un réseau d’environ 25 à 30 mètres de large.

– Le réseau Curry

environnement et santé

Ses murs font environ 40 centimètres d’épaisseur. Il est assez irrégulier dans son tracé. La distance entre les cloisons qui le constituent varie de 3,50 à plus de 8 m. Il est influencé par les masses ferromagnétiques.

– Le grand réseau diagonal

environnement et santé

Il s’agit d’un phénomène électrique. Il est constitué de plans verticaux (« cordes » ou « faisceaux ») de 3 cm d’épaisseur espacés en moyenne de 19 à 30 mètres et plus.

– Les cheminées cosmotelluriques

geobiologie
Autrefois appelées « ronds de sorcières », les cheminées cosmotelluriques sont des systèmes d’échange d’énergie entre la Terre et le Ciel. Elles se présentent sous la forme de colonnes verticales, constituées de spirales d’énergie. Leur trajectoire peut parfois être oblique et se trouver décalée d’étage en étage.
Les cheminées régulent l’énergie sur une hauteur pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines de mètres dans le sol et au-dessus de la surface terrestre. Leur diamètre varie de quelques dizaines de centimètres à plusieurs mètres. Elles peuvent avoir plusieurs bras, qui partent du centre et sont toujours négatifs.

Les géobiologues travaillent généralement sur plan. Voici un exemple final de ce que peut donner l’étude géobiologique d’une habitation :

solutions santé naturelle

LES RAYONNEMENTS ARTIFICIELS

La pollution électrique – électromagnétique

Avec le développement des télécommunications et des objets connectés, nous sommes de plus en plus exposés aux champs électromagnétiques. De nos jours, nous sommes littéralement « immergés » dans les ondes.

geobiologie-pollutionPour les espèces vivantes, certains champs électromagnétiques sont soupçonnés d’être un facteur de perturbation, d’affecter la santé, la reproduction, ou encore d’être un facteur de fragmentation écopaysagère.

Les téléphones mobiles, les antennes relais, les radars, les lignes à haute tension, les transformateurs, les tubes cathodiques (TV et ordinateurs) ou encore les fours à micro-ondes causent tous des dégâts considérables sur l’organisme. La fréquence, la durée d’exposition et la sensibilité de chacun sont évidemment des facteurs déterminants dans l’apparition des troubles.

La pollution chimique

geobiologie-pollutionL’industrialisation des dernières décennies a provoqué une augmentation sans précédent de la pollution chimique sur Terre. Non seulement l’industrie nécessite des ressources épuisables pour produire des objets inutiles mais faut-il encore éliminer les déchets.

Les produits chimiques enfouis libèrent leurs jus et leurs gaz pendant des décennies voire des siècles. La qualité de l’air, des nappes phréatiques et de la chaîne alimentaire en pâtissent. Nous nous intoxiquons indirectement, ni plus ni moins. La contamination chimique n’est évidemment pas étrangère à la prolifération des cancers et autres maladies dégénératives.

La Géobiologie en prévention

Le géobiologue n’est pas un guérisseur. Il détecte seulement la présence de certains phénomènes qui influencent la santé des êtres vivants. Il peut alors ensuite conseiller, dans une certaine mesure, les personnes exposées afin qu’elles réorganisent leur lieu de vie et échappent ainsi à l’impact de ces rayonnements.

geobiologieL’idéal est évidemment de séjourner le plus tôt possible en zone neutre, de manière préventive. Cela dit, même si le « mal » est déjà fait, rien n’est irréversible. La cessation des agressions peut permettre de recouvrer rapidement la santé et/ou dans une moindre mesure, de favoriser le rétablissement.
A noter que plus un désordre est ancien et plus le temps de récupération est long. Cela dépend également des aptitudes de guérison propres à chaque individu.

Bien sûr, la géobiologie n’est pas la réponse à tous les maux. D’autres facteurs entrent en jeu. Comme je le répète souvent, tout est lié et les causes de mal-être sont nombreuses (karma, alimentation, maladies, médicaments, stress, pollutions…). Il ne faut donc pas négliger les différents types de rayonnements, car ils représentent un impact certain sur notre santé, mais il ne faut pas non plus s’y cantonner.

La Géobiologie : une discipline encore controversée

Bien que la gébiologie soit indéniablement efficace, sa véracité est souvent remise en cause par les puissantes institutions. En effet, elle est mal connue du grand public et souvent décriée par les puristes cartésiens qui la décrivent comme « fantaisiste ».

geobiologieL’Association française pour l’information scientifique et en général les physiciens, les médecins et les géologues classent la géobiologie comme une pseudo-science. Ils soutiennent que ses méthodes d’investigation ne suivent pas une démarche scientifique et que les résultats obtenus ne peuvent être scientifiquement confirmés. Elle est ainsi décrite comme un champ d’étude irrationnel et de ce fait,  souvent assimilée à un ensemble de croyances.

Ils dénoncent notamment l’utilisation abusive du langage scientifique pour décrire des concepts sans fondement expérimental ou théorique. Les scientifiques reprochent également la prétention de certains géobiologues à conférer à leur discipline, un statut scientifique et à délivrer des diplômes prétendument scientifiques alors que la géobiologie n’a aucun des attributs d’une science.

La vérité, c’est qu’elle bouleverse l’ordre établi. Et l’ordre n’aime pas être bousculé.