La knacki reste très populaire dans les foyers français depuis de nombreuses années en raison notamment de son prix bon marché et de son côté “pratique”. Mais comment les fameuses saucisses sont-elles fabriquées et sont-elles vraiment aussi simples qu’elles le prétendent ?

SECRETS DE FABRICATION : CE QUE NOUS CACHE LA KNACKI

Les knacki sont réalisées à base de viandes de porc ou de poulet récupérées sur les carcasses après que les meilleurs morceaux aient été retirés. Les restes de viande sont extraits mécaniquement par haute pression puis broyés en une sorte de guimauve à laquelle sont ensuite ajoutées toutes sortes d’additifs douteux.

Les viandes séparées mécaniquement (VSM) présentent parfois des fragments d’os et de cartilages dûs à une séparation mécanique approximative. En cas d’utilisation de VSM et donc de présence d’os dans la viande, les industriels ont l’obligation légale de le mentionner sur l’étiquette du produit. En pratique, tous ne le font pas.

Les viandes utilisées sont des viandes premier prix dont l’origine est non spécifiée mais bien connue. Pour le cas des saucisses de poulet, les volailles proviennent des pays de l’Est (Pologne, Roumanie…), de Thaïlande et surtout du Brésil, qui est le premier exportateur de poulet au monde et cela pour les raisons suivantes :

  • La main-d’oeuvre brésilienne est très peu chère, les salaires sont dérisoires : en moyenne 375€ par mois. Pour tirer les prix encore plus bas, les brésiliens font appel à une main d’oeuvre encore moins chère : les haïtiens, qui sont payés 100€ de moins que les ouvriers brésiliens.
  • Les céréales destinées à l’alimentation des poulets sont cultivées pour 2 fois moins cher qu’en France. Le climat brésilien permet de cultiver du soja en été et du maïs en hiver, deux plantes OGM néfastes pour la santé. Conséquence, les terres ne se reposent jamais.
  • Pour répondre à la demande, certaines entreprises brésiliennes tournent à un rythme effréné : 7j/7, 24h/24. Ces usines traitent jusqu’à 340 000 poulets par jour. Les volailles sont ensuite congelées et expédiées dans le monde entier.

Ces types de viande se retrouvent surtout dans les aliments préparés dont la mention sur l’origine de la viande n’est pas obligatoire. Ainsi, en consommant ce type de produits, non seulement vous mettez votre santé en danger, mais vous mettez également en péril l’économie des éleveurs français qui ne peuvent concurrencer. Sans parler du manque cruel de respect envers les animaux issus de ce type d’élevages…

Ne cédez pas à la facilité. Même si leur prix est attractif, boycottez les produits transformés à base de viandes et achetez plutôt de la viande fraîche, issue de fermes locales et élevée dans des conditions décentes. Mangez moins mais mangez mieux ! Santé, économie locale, bien-être animal : il n’y a que des avantages !

Réagir à l'article