On nous vente régulièrement les mérites de l’huile de colza, comme son très bon rapport oméga 3-6 ou sa forte teneur en vitamine E, antioxydant par excellence. Cependant, on oublie souvent de parler de ses côtés un peu moins “reluisants”. Au final, l’huile de colza est-elle bonne pour la santé ou faut-il mieux l’éviter ?

L’HUILE DE COLZA REPRÉSENTE-T-ELLE UN RISQUE POUR LA SANTÉ ?

À l’état naturel, l’huile de colza contient des acides gras poly-insaturés (AGPI) qui la rendent instable. L’hydrogénation permet de la stabiliser et donc de la conserver plus longtemps ou de la rendre solide (margarine…). Mais cette technique, partielle ou non, présente deux inconvénients majeurs :

  • les AGPI contenus dans les huiles de départ se transforment en acides gras saturés (AGS) dont on connaît le caractère nocif en grande quantité
  • les acides gras obtenus après hydrogénation deviennent “trans”, ce qui augmente le risque cardiovasculaire

Autre point négatif, le colza contient naturellement une grande concentration d’acide érucique, un acide gras nocif, qui lui avait valut d’être pointée du doigt dans les années 1975. Cependant, ce n’est plus le cas puisque l’on a sélectionné les plants de colza, de manière à ce que cette concentration soit bénigne.

D’autre part, l’huile de colza bon marché est généralement extraite avec des solvants chimiques. L’étape de clarification enlève toute la chlorophylle et la désodorisation nécessite des températures avoisinant les 200°. En résulte de toute ces étapes, une huile dite “raffinée”, qui n’a donc plus rien de vraiment naturel.

Néanmoins, les points précédents sont à nuancer puisqu’il est désormais vendu en France de l’huile de colza Bio non raffinée, de première pression, extraite mécaniquement à froid, non désodorisée ou désodorisée à la vapeur d’eau sans produits chimiques. Cette huile est-elle donc toujours aussi nocive ?

L’huile de colza, sous sa forme Bio, est nettement moins nocive, c’est un fait. Cependant, il ne faut pas oublier trois choses :

  • le colza est actuellement l’un des 5 plus gros OGM cultivés dans le monde
  • nos ancêtres n’en ont jamais consommé, ni la plante, ni la fleur, ni la graine
  • elle n’est absolument pas indispensable pour le corps

Par “sagesse”, mieux vaut donc l’éviter totalement.

Réagir à l'article