Bien qu’elle soit potable, disponible et très bon marché, l’eau du robinet a mauvaise réputation. Quand certains se tournent vers les eaux en bouteilles, d’autres optent pour des systèmes de filtration. Pourtant l’eau du réseau est fortement réglementée… Alors au final, l’eau du robinet est-elle bonne pour la santé ?

EAU DU ROBINET : QUAND L’ÉCONOMIE SE PAIE À LONG TERME

L’eau courante est un confort de vie que l’on tend parfois à oublier par automatisme. Même si on la critique, elle a l’avantage d’être là. Elle est dite “potable” dans le sens où elle ne rend pas malade à court terme. Pour être injectée dans le réseau, elle doit répondre à certaines exigences réglementaires :

  • Ne pas présenter de risque bactériologique.
  • Ne pas dépasser certains seuils réglementaires (pesticides, plomb, nitrates…).
  • Satisfaire à des références de qualité dont le non-respect n’engendre pas de risque pour la santé.

Cependant, le fait qu’une eau soit conforme aux normes ne signifie pas qu’elle est exempte de polluants. Les normes ne comportent qu’une trentaine de substances sur les 143 000 présentes et sont régulièrement revues à la hausse car les centres de traitement sont incapables de respecter les seuils réglementaires.

En effet, à l’heure actuelle, les systèmes de filtration des stations d’épuration sont incapables de retenir la plupart des polluants chimiques modernes (pesticides, résidus de médicaments, de cosmétiques, métaux lourds…). Les préfets autorisent ainsi régulièrement des dépassements exceptionnels de valeurs limites.

À cela s’ajoute des procédés comme l’ajout de chlore, destiné à aseptiser l’eau et à l’alcaliniser pour éviter l’oxydation des canalisations, ou de sels d’aluminium pour éliminer les particules en suspension dans l’eau. Ainsi, on préfère éviter un risque bactériologique immédiat plutôt qu’un risque cancérigène à long terme.

Non seulement l’eau est polluée, mais elle est par définition, “morte”. L’eau n’est vivante que dans son milieu naturel, là où elle peut librement ruisseler à travers la roche et se vitaliser par le mouvement. La forcer à traverser des canalisations à angle droit sous pression l’endort et lui fait perdre son pouvoir hydratant.

Viennent s’ajouter à cela les problèmes de canalisation avec notamment le calcaire et le plomb. Si l’eau fortement minéralisée à le pouvoir d’encrasser les canalisations, pourquoi en serait-il différent avec les nôtres ? Bref, si l’eau du robinet était au départ un cadeau, elle pourrait bien finir par nous empoisonner !

La meilleure eau pour le corps reste de loin celle contenue dans les fruits et les légumes. C’est une eau pleine de vie, facilement assimilable par l’organisme, donc plus hydratante. En ce qui concerne les paramètres d’une eau de consommation, ils devraient être les suivants :

  • pH légèrement acide : entre 5,5 et 6,5
  • eau faiblement minéralisée : moins de 50 mg/L
  • exempte de tous polluants

Seule l’osmose inverse réunit ces conditions. Contrairement à ce qui est souvent dit, aucune reminéralisation n’est nécessaire post-filtration. Pour revitaliser l’eau, il suffit ensuite par exemple de laisser reposer l’eau filtrée sur une fleur de vie pendant une trentaine de minutes pour qu’elle retrouve force et vitalité.

Réagir à l'article