Quoi de plus banal que de se brosser les dents ? C’est probablement l’une des choses au 21ème siècle que l’on réalise le plus mécaniquement. Pourtant, ce geste entraîne à la longue de vraies séances d’empoisonnement. Découvrez les dangers du dentifrice moderne, dangers qui impactent gravement l’état de la dentition et diminue considérablement l’espérance de vie en bonne santé !

QUELLE EST LA COMPOSITION DU DENTIFRICE ?

Un dentifrice comprend en moyenne une dizaine d’ingrédients :

1. Des agents humectants

Ils ont pour rôle de conférer à la pâte sa fluidité et éviter son durcissement. On y retrouve principalement :

  • Le Sorbitol E420 :  Peut causer diarrhées, ballonnements, flatulences, crampes intestinales…. À fortes doses (tests sur des animaux) : calculs et cancers des reins. Déconseillé en cas de grossesse ou d’allaitement.
  • Le Glycérol E422 : Principal composant de la nitroglycérine (explosif) et du propylene-glycol (anti-gels et cigarettes électroniques). Peut causer diarrhées, flatulences, effet diurétique, sensations de soif, hyperglycémie, nausées, maux de tête, pression sanguine élevée. Déconseillé chez la femme enceinte ou allaitante.

2. Des agents polissants

Ils servent à éliminer la plaque dentaire, le tartre et les éventuelles tâches et colorations :

  • Le Polyethylène (PE) ou le Pyrophosphate de Calcium : ce sont les microbilles de plastique de couleur qui servent à faire joli. Le polyéthylène est le plastique utilisé dans la fabrication des sacs poubelles et des sacs d’emballage des supermarchés. Après rinçage, ces particules se retrouvent dans les égouts puis dans les éco-systèmes marins.
  • La Silice et le Bicarbonate de Soude : souvent présents, ils restent toutefois des substances abrasives naturelles qui, dans des concentrations raisonnables, ne posent pas de problèmes.

3. Des agents moussants

Également appelés tensioactifs, ils aident au lavage des dents et dégraissent :

  • Le Lauryl Sulfate de Sodium E487 : employé pour le nettoyage industriel des sols et des moteurs. Il rend l’intérieur de la cavité buccale plus vulnérable en supprimant la couche protectrice à base de mucine qui la tapisse. Les tensio-actifs sont des perturbateurs endocriniens à l’origine de nombreux cancers. 

4. Des épaississants

Leur objectif est de donner de la consistance à la pâte. Ils sont issus des végétaux pour la plupart :

  • Cellulose
  • Carraghénates
  • Alginates

5. Des principes actifs

Leur but est d’ajouter une fonction complémentaire telles que la prévention des caries ou le contrôle du biofilm bactérien :

  • Les fluorures inorganiques (FLUOR) : officiellement destinés à renforcer l’émail, ils le détruisent littéralement, favorisant caries et taches sur les dents. Le fluor est extrêmement nocif pour la glande pinéale et favorise scolioses, hyper laxité ligamentaire, dégénérescence accélérée de l’organisme, troubles psychiques (dépression, perte de volonté…) pouvant aller jusqu’à la folie. Chez les enfants, l’ingestion de seulement 1 % du tube de dentifrice peut causer un empoisonnement aigu au fluorure. Si vous voyez la mention “3x plus de fluor”, fuyez !!  

6. Des antibactériens, antimicrobiens, antiseptiques

  • Le Triclosan : biocide utilisé depuis les années 1970 (savons, déodorants, ustensiles de cuisine, jouets, literie…). Perturbateur endocrinien notoire, il provoque cancers, réactions inflammatoires et diminue la diversité du microbiote intestinal.
  • La Chlorhexidine : antiseptique à large spectre d’action. Son usage continu peut à terme tacher les dents et altérer le goût.

7. Des conservateurs

Ils ont pour objectif d’éviter la prolifération microbienne et la contamination du produit :

  • Les Parabens : esters issus de la pétrochimie dont la toxicité est bien connue. Leur usage ne présente aucun intérêt, les pâtes de dentifrice étant déjà saturées d’antibactériens. Leur usage est donc autre que sanitaire.

8. Des agents colorants

  • Le Dioxyde de Titane : sert à blanchir la pâte. Susceptible de traverser les barrières biologiques et de venir s’accumuler dans le cytoplasme cellulaire.
  • Des colorants : couleurs souvent flashy pour attirer l’oeil. Superbes atouts marketing, ils n’en restent pas moins non naturels.

9. Des arômes

  • Des agents sucrants (saccharine, aspartame, xylitol) : curieux voire même étonnant quand on sait que le sucre est déconseillé pour le maintien d’une bonne hygiène bucco-dentaire !
  • Des arômes : pommes, bonbons pour les enfants et goûts en tous genres. Jusqu’à  5 ans, les enfants absorbent 40 % du dentifrice. C’est littéralement du poison dans du papier cadeau !
  • Des essences de menthe ou autres plantes

QUELLES SOLUTIONS POUR SE PROTÉGER ET PRÉSERVER LA PLANÈTE ?

Savez-vous pourquoi doit-on laisser certains médicament fondre sous la langue ? Car la muqueuse buccale est 2 fois plus perméable que la peau, d’où l’importance de contrôler ce que nous y laissons mousser.

Mes conseils :

  • Ne cédez pas aux sirènes des dentifrices  “bio” vendus à prix d’or en grande surface ou en parapharmacie (Vademecum Bio…). Ils ne sont pas mieux que les autres.
  • Priorisez les dentifrices sans fluor (Meswak, Weleda, Aquasilice…).
  • Concentrez-vous davantage sur le brossage : pour qu’il soit efficace, on a seulement besoin d’une petite noisette de dentifrice de la taille d’un petit pois.
  • Préférez le dentifrice solide, l’idéal étant de le fabriquer soi-même.
Les sources d’informations indépendantes dénoncent et informent les populations des risques méconnus mais bien encourus. À vous maintenant d’être vigilant et de conforter leurs actions en influençant l’opinion publique et en boycottant ces produits qui mettent en péril notre santé et cette planète. 

Réagir à l'article