La méditation n’est pas seulement un moyen de se détendre et d’évacuer le stress. Le fait de méditer apporte de nombreux bienfaits sur la santé, notamment au niveau physiologique, en boostant la sécrétion de certains neurotransmetteurs et en renforçant considérablement le système immunitaire.

MÉDITER : QUELS BIENFAITS POUR LA SANTÉ ?

Lorsque la méditation est correctement pratiquée, on commence à en ressentir les bienfaits au bout de 2 à 3 semaines. Une transformation interne plus profonde s’opère au bout de quelques mois à peine. On note un développement très net des capacités mentales et notamment de la concentration et de l’attention.

Les méditants sont généralement plus doux, plus calmes et plus soucieux des autres. Des études ont montré qu’ils possèdent un niveau de stress de 30 à 40% inférieur aux non méditants ayant un style de vie similaire. Les méditants sont moins enclins à la colère et à la dépression.

Certaines psychothérapies proposent la méditation en cas de ruminations mentales, de stress ou d’anxiété, par exemple lors d’une dépression. Cette technique favorise la diminution des troubles et augmente le bien-être, la capacité à faire face, l’implication du patient et améliore l’humeur et le sommeil.

La médiation réduit en outre le risque de rechute dépressive. Une étude de l’université d’Oxford démontre qu’une thérapie basée sur la méditation pleine conscience est une alternative aussi efficace qu’un traitement par antidépresseurs dans la prévention de rechute dépressive.

Des études montrent également l’efficacité de la méditation en complément d’un traitement médical classique dans la guérison de maladies. Après trois mois de méditation, on observe un renforcement du système immunitaire, une hausse de 20 à 30% des anticorps et une augmentation des cellules souches.

La méditation contribue également à réduire le taux de cholestérol dans le sang et la tension artérielle, ainsi qu’à diminuer les douleurs chroniques et les effets de certains traitements thérapeutiques dans les cas de cancers, de troubles gastriques et intestinaux ou même de fibromyalgie.

Réagir à l'article