La germination concerne certaines céréales et la plupart des légumineuses et des graines. La majorité d’entre nous consommons ces dernières cuites. Pourtant, la meilleure façon de les consommer reste de loin de les faire germer et cela pour plusieurs raisons.

POURQUOI FAIRE GERMER SES GRAINES ? 

Une graine ne pousse pas grâce à la terre mais uniquement grâce à une réserve de vitamines, minéraux et enzymes. L’eau ne sert qu’à réveiller la graine endormie. Les graines germées sont alors dites “activées”. En faisant germer les graines, on augmente certains bienfaits et on diminue certaines effets nocifs :

  1. Le taux vibratoire de la graine augmente. Elle est de nouveau vivante, donc mieux assimilée par l’organisme.
  2. Le potentiel nutritionnel de la graine est décuplé ! Les teneurs en vitamines et minéraux explosent.
  3. La teneur en chlorophylle, qui lutte contre l’acidité du corps, augmente de manière exponentielle.
  4. L’acide phytique, qui inhibe l’absorption de certains minéraux, diminue drastiquement.
  5. La plupart des inhibiteurs enzymatiques disparaissent.
  6. Les réserves de la plante et notamment l’amidon, fortement impliqué dans les phénomènes de candidose digestive, sont consommés lors la germination.

Les graines germées ont également d’autres avantages :

  • Elles possèdent un très bon rapport qualité/prix si vous les faites vous-même.
  • Elles ne dépendent pas des saisons.
  • La germination est à la porté de tous. C’est facile et rapide.
  • Les graines à faire germer sont nombreuses et diverses.

En conclusion, la germination améliore fortement le profil nutritionnel des céréales, des légumineuses et des autres graines. D’une part, elle augmente leur pouvoir nutritionnel, leur digestion et leur assimilation. D’autre part, elle diminue leur concentration en éléments nocifs.

Néanmoins, les quantités de vitamines contenues dans les graines germées restent globalement plus faibles que celles contenues dans les fruits et légumes. De plus, même si les éléments indésirables diminuent fortement, ils ne sont pas complètement détruits et représentent encore un risque pour les plus sensibles.

Réagir à l'article