Les Peurs

peurs-vaincre-peur-peurs-traiter-surmonter-phobie-phobies-terreur-panique-crise

La plupart d’entre nous vivons notre vie comme on regarde un mauvais téléfilm. On est conscient de sa médiocrité mais elle nous rassure. C’est bien souvent monotone et dans la plupart des cas on devine facilement la fin. Pourtant, on se raccroche tout de même à ses rares bons passages en essayant de se convaincre que ça pourrait être pire.

La spiritualité c’est sauter sans filet et se rendre compte qu’on peut voler. DUALITE

La vérité c’est que la majorité des gens ne prennent aucun risque dans la vie, de peur de perdre leur confort et leur sécurité. Pourtant le principe de la spiritualité, c’est bien tout le contraire. C’est là tout le paradoxe.

LES PEURS CES EMPÊCHEUSES DE RÊVES

A vrai dire, nous avons peur de tout : peur du succès, peur de manquer, de réussir, d’échouer, peur de vieillir, de mourir… L’inconnu nous fait peur. Même nos voisins nous font peur ! Au bout d’un moment, ça n’a plus aucun sens. La plupart de nos peurs sont dites « irrationnelles » car elles sont infondées. Bien sûr parfois, il arrive que ces peurs font suite à un évènement perçu ou vécu comme traumatique, qui a fait perdre la maîtrise de ses émotions. On va donc enregistrer la situation comme dangereuse et chercher à s’en protéger en évitant de s’y exposer.

J’ai vu plus de gens avoir peur de faire le bien que de faire le mal. DUALITE

En se protégeant, on pense contrôler son environnement et on se sent en sécurité. Cela dit ça ne résout aucunement le problème. Pire, cela restreint le champ des possibles. Faire l’autruche n’a jamais rien arrangé. Si cela peut fonctionner un temps, ça peut aussi donner lieu à une phobie, quelque chose qui n’est plus contrôlable. Un conseil, n’attendez pas que les choses prennent de l’ampleur. La peur n’est pas naturelle. Balayez l’idée de votre tête qui dirait le contraire.

LE VÉRITABLE OPPOSÉ DE L’AMOUR

On dit souvent que la haine est aux antipodes de l’amour, pourtant l’un n’empêche pas l’autre et les deux peuvent se confondre. La peur elle, est la véritable opposée de l’amour. Elle tue l’amour, l’empêche de naître, de fleurir et de prospérer. La peur vous souffle au creux de l’oreille : « Il va te tromper ! », « Elle ne plaira pas à tes parents… », « Et s’il ne m’aimait plus ? ». Nous n’avons même pas commencé à aimer qu’on redoute déjà le moment où l’on ne nous aimera plus. Ne laissez pas la peur prendre le dessus sur l’Amour et gâcher une belle histoire.

Les peurs entravent l’amour mais pas seulement. Combien n’ont pas osé aller voir quelqu’un de peur d’être rejeté, refusé un job de peur de ne pas être à la hauteur, annulé un voyage de peur de l’inconnu ou renoncé à un examen de peur d’échouer ? La peur nous empêche même de dire « merci ». Le nombre de choses que l’on fait ou que l’on ne fait pas en fonction des peurs est infini. La vérité c’est que les peurs dirigent nos vies, nous privent de liberté et nous empêchent de réaliser nos rêves. Or, la liberté c’est la base du bonheur. A force de vouloir contrôler son environnement, on crée notre propre prison psychologique.

COMMENT VAINCRE SES PEURS

Pour vaincre ses peurs, il faut d’abord les connaître. Plus facile à dire qu’à faire. Certaines peuvent sembler évidentes, pourtant les plus nuisibles sont souvent les mieux gardées, celles qu’on s’avouera en dernier. Je le répète une fois de plus mais c’est important : soyez honnêtes avec vous-mêmes. Si vous ne faites pas preuve d’objectivité sur vos faiblesses et de remise en question sur vos acquis, autant arrêter de jouer tout de suite.

Connais ton ennemi et connais-toi toi-même. MAÎTRE SUN TZU

Commencez par faire l’inventaire de vos peurs, surtout les plus subtiles. Pour les vaincre, il n’y pas d’autres moyens que d’y faire face. La plupart des médecins vous prescriront anxiolytiques, antidépresseurs et somnifères plutôt que de chercher à trouver les causes racines. Je propose personnellement des exercices simples qui ont fait leur preuve. Je les ai testés et approuvés ! Chaque peur est unique et mortelle. Une fois traitées, elles ne reviennent plus.  Au fur et à mesure, vous vous retrouverez donc à ne plus avoir peur de rien ! Fini les palpitations cardiaques, les sueurs froides, les visions troubles, les tremblements, les pertes de moyens et j’en passe. La vie devient une suite de situations sereines où l’on peut profiter de chaque instant.

LIBÉRER ENFIN SON POTENTIEL

Nous sommes terrifiés par notre potentiel sous-jacent. L’idée d’être capable de peut-être plus que ce qu’il y paraît nous cloue littéralement au sol. Avouez qu’il est plus rassurant de mettre la barre à un mètre plutôt qu’à deux. D’évoluer dans un milieu que l’on connaît, que l’on maîtrise. Le quotidien, le petit, le moyen, ça c’est rassurant ! A vrai dire, tout le monde aime se complaire dans la médiocrité. Il n’est pas question ici d’ambition professionnelle ou de réussite sociale ou matérielle. Je parle de retrouver son potentiel. Je reconnais moi même qu’il est plus facile de s’allonger dans le canapé plutôt que d’aller faire du sport, ou d’assouvir son addiction plutôt que de lutter contre. Puis au final à quoi bon lutter ? C’est vrai, c’est tellement plus simple de se laisser aller.

Il vaut mieux viser la perfection et la manquer que viser la médiocrité et l’atteindre. FRANCIS BLANCHE

N’ayez plus peur de décevoir, de choquer ou de ne pas vous conformer aux règles. Les parents nous brident depuis notre plus tendre enfance, nous répétant que telle ou telle chose n’est pas pour nous ou que nous ne sommes pas capables d’en réaliser telle autre. La vérité c’est qu’ils ont peur de notre potentiel et que leurs enfants puissent faire mieux qu’eux. Ils nous rabaissent pour mieux nous contrôler. A chacun de trouver la force et le courage de retrouver son potentiel, et cela commence par faire un gros travail sur soi en traitant chacune de ses peurs.